Agriculture et jardiniers en herbe à l’école primaire Suzanne Russier de Nouméa

DSC_2063.JPG

Ce jeudi 7 juin, nous étions présentes à l’école Suzanne Russier pour parler de la permaculture aux enfants de CM2 de la classe de Madame Laurence Larher. Dans le cadre du chapitre de CM2 “L’agriculture en France et en Europe”, nous avons abordé les thèmes de l’agriculture conventionnelle, en montrant quelles sont ses limites, puis nous avons présenté l’agriculture biologique, avant de terminer sur la permaculture, qui est plus qu’un simple type d’agriculture. C’était donc dans une ambiance studieuse et attentive que les enfants de Suzanne Russier nous ont écouté, et nous ont aidé à réfléchir à comment cultiver la terre en respectant notre belle planète.

Les différents types d’agriculture

Notre intervention s’inscrivait dans le cadre d’un chapitre du programme de CM2 sur l’agriculture. Par conséquent, nous avons commencé par définir ce qu’est l’agriculture. Ainsi, les élèves ont pu comprendre que l’agriculture, qui regroupe la culture de plantes et l’élevage d’animaux, peut s’effectuer de différentes façons.

Tout d’abord, nous avons exposé ce qu’est l’agriculture conventionnelle, qui utilise la monoculture, et des engrais et pesticides chimiques pour faire pousser plus, et plus vite. Cependant, avec les enfants, nous avons observé quels pouvaient être les effets de ce type d’agriculture sur notre environnement. Nous avons donc étudié la pollution des sols et des nappes phréatiques, la contamination des agriculteurs et des consommateurs par les produits chimiques utilisés, ainsi que les dégâts causés par l’extermination de tous les insectes par les pesticides sur le bon développement des plantes, de la biodiversité et sur la préservation du sol.

dsc_2066.jpg

C’est là que certains élèves nous ont partagé leur expérience en remarquant qu’il existait pourtant des solutions alternatives à l’agriculture conventionnelle. C’est par exemple le cas de ces élèves :  “Ma mémé elle laisse les insectes sur les plantes car elle m’a dit que ça les aidait à pousser”, “Chez moi, mon père plante plein d’espèces différentes au même endroit, du coup c’est pas comme la monoculture (terme vu ensemble) de l’agriculture conventionnelle”. En effet, l’agriculture conventionnelle a oublié les notions très importantes de biodiversité et d’écosystème !

 

Après avoir défini ces deux notions, nous avons vu ensemble ce qu’est l’agriculture biologique et en quoi ce type d’agriculture est plus respectueux de l’environnement. Une fois que nous avons constaté les différences entre agriculture conventionnelle et agriculture biologique, nous avons vu qu’il existait encore une autre façon de penser l’agriculture, de penser notre rapport aux plantes, à notre environnement et d’autres manière de le préserver. C’est là que nous avons présenté la permaculture. Plus qu’un type d’agriculture, la permaculture est aussi un mode de vie, qui s’appuie sur l’association de plantes et d’espèces. En s’aidant de ce que l’on peut observer directement dans la nature, nous avons appris qu’il était important de conserver la biodiversité et de prendre en compte l’écosystème lorsque l’on veut cultiver des plantes saines et bonnes pour notre santé.

La permaculture et l’atelier “mini butte lasagne”

Après avoir parlé de l’agriculture conventionnelle et biologique, puis de la permaculture, il est venu le temps de rentrer dans le coeur du sujet, et surtout dans le coeur de l’action. C’est donc en extérieur que s’est déroulé la suite de l’intervention avec un atelier “mini butte lasagne” et une explication des principes de la permaculture (voir photo ci-dessous). Chacun avait amené sa bouteille en plastique, des petits trous ont été fait pour laisser l’eau s’écouler. C’est donc différentes couches en lasagne, successivement du branchage, de la matière carbonée, de la matière azotée et du terreau qui ont servi de sol fertile pour les petites graines de basilic (reproductibles et calédoniennes bien entendu). On a ensuite paillé le tout pour protéger la semence du vent, du soleil et conserver l’humidité de la mini-butte. Pourtant, certains ont remarqué que nous avions peut-être oublié quelque chose dans cette lasagne… “il manque la sauce tomate sur la lasagne !”
DSC_2058DSC_2062

C’est donc avec beaucoup de bienveillance que s’est déroulée cette après-midi à l’école Suzanne Russier grâce à l’aide de la maîtresse Madame Laurence Larher et grâce à la participation enthousiaste des élèves !  Chacun a apporté sa petite graine de connaissance pour une après-midi des plus fertile.

DSC_2072

 

Publié le 10 juin 2018, dans permaculture. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Commentaires libres

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :