Projection/débat « cowspiracy »

RESERVATIONS SUR LE LIEN CI-DESSOUS : 500 cfp (offre adhérents de Malé’Va)

https://www.helloasso.com/associations/male-va/evenements/soiree-projection-du-film-documentaire-cowspiracy

Bonjour à tous,

Le 29 Mars à 19h (accueil à partir de 18h) nous vous proposons, pour 500 cfp, une soirée projection du film documentaire « Cowspiracy », à la maison jaune, au 14 rue bouquet de la Grye, à Nouméa.
Faisant état de l’impact environnemental massif de l’élevage et de la pêche, ce documentaire met en lumière le silence assourdissant des grosses ONG écologistes sur le sujet à l’époque de sa sortie en 2014. Depuis, la communauté écologiste peine encore à en faire une priorité absolue et à radicaliser ses positions malgré l’urgence de la situation.
L’accueil se fera dès 18h
Suite à la projection, nous vous proposons une discussion/débat, animée par Quentin Folliasson (Président de l’association Végé NC), sur le thème suivant :
 
« Pourquoi faire de l’animalisme une priorité du mouvement écologiste ? »
 
Avec également au programme : partage de techniques d’activisme, questionnement sur nos stratégies habituelles, comment concilier pragmatisme et radicalité face à l’urgence ? …. etc
Militants, militantes, activistes et personnes concernées, venez échanger et partager sans détour Vendredi 29 Mars à la maison Jaune.
Reservation : 500 cfp, sur notre plate-forme de paiement en ligne helloasso : https://www.helloasso.com/associations/male-va/evenements/soiree-projection-du-film-documentaire-cowspiracy
Page facebook de végé NC pour en savoir davantage : https://www.facebook.com/groups/1516096605311777/
maxresdefault

Malé’Va à « Troc tes Récoltes »

Bonjour à toutes et à tous !

Dimanche 17 Mars prochain, Malé’Va sera partenaire de l’événement « Troc tes Récoltes » et proposera son stand « maison de la semence », pour troquer des graines, boutures, semis et autres. Venez nombreux ! Toutes les infos sont dans l’affiche ci-dessous.

Apportez vos graines à échanger, et bien sûr des boutures, plants, tubercules, semis, etc… sont les bienvenus. La seule condition est que tous les apports soient d’origine traditionnels / biologiques / permaculturels / naturels.

Si vous n’avez rien à échanger pour le moment, vous pouvez néanmoins aider notre association avec un don sur place.

A bientot

L’équipe de Malé’Va

 

trocc tes récoltes II

Réunion adhérents Malé’Va

Bonjour à tous, nouveaux adhérents, vieilles branches,
Vous êtes conviés à une réunion d’information sur l’association Malé’Va le lundi 4 mars 2019 à 18h à la maison jaune.
affiche

Vous y apprendrez (presque) tout : depuis les prémices jusqu’à ce qu’elle est aujourd’hui en passant par les étapes qui l’ont construite.

Pour ceux qui n’y sont pas encore allés, ce sera également l’occasion de découvrir la maison jaune que nous partageons avec d’autres associations et dans laquelle nous avons notre pièce à nous.
Bonne fin de semaine,

L’équipe Malé’Va

Une pétition pour les abeilles

1/ Cliquez ici pour signer la pétition

Bonjour,

———————————–

Madame, Monsieur,

Le 13 décembre 2018, à Bruxelles, des représentants des Ministères de l’Agriculture européens se sont réunis à huis-clos, sans caméra ni compte-rendu…

Dans l’opacité la plus totale, ils ont décidé d’enterrer – une fois encore – un document fondamental, qui permettrait d’enrayer rapidement le dramatique déclin des populations d’abeilles et d’insectes pollinisateurs sauvages dans tous les pays européens. Mais aussi de mettre un terme au système scandaleux qui permet à l’industrie agrochimique d’engranger de copieux profits en ignorant délibérément les effets dévastateurs de leurs pesticides tueurs d’abeilles !

Ce document ? l’EFSA Guidance Document – a été rédigé par un panel de plus de 30 scientifiques indépendants, choisis parmi les meilleurs spécialistes européens, et décrit les « tests abeilles » qui devraient être menés pour connaître réellement  l’impact des pesticides sur les pollinisateurs AVANT leur mise sur le marché.

Mais sous l’intense pression du lobbying des firmes agrochimiques, les responsables politiques censés nous protéger, nous, notre alimentation, notre santé et notre environnement, viennent d’enterrer une réforme désespérément nécessaire.  

Cette décision irresponsable n’a été assumée par aucun des Etats membres de l’Union européenne, et reste ignorée de la grande majorité des citoyens européens. Mais son but est extrêmement clair : sécuriser les bénéfices colossaux des géants de l’agrochimie pour les années à venir.

Eux vont sabrer le champagne dans les jours qui viennent…

Car si ce document avait été adopté, la grande majorité de leurs poisons-tueurs d’abeilles ne pourraient tout simplement plus être déversés dans les champs.

Un consortium réunissant Bayer, Syngenta, Dow Chemicals, et d’autres géants de l’agrochimie a testé plus de 150 pesticides avec les nouveaux protocoles demandés par l’EFSA, l?Autorité européenne de sécurité des aliments. Le résultat est accablant : 79% des herbicides testés, 75% des fongicides, et 92% des insecticides, n’ont pas passé les nouveaux tests d’homologation, et devraient être immédiatement retirés du marché, présentant des risques trop importants pour les abeilles domestiques et sauvages.

Comment peut-on laisser les intérêts financiers à court terme de quelques grandes entreprises bouleverser si dramatiquement l’alimentation, l’environnement et l’avenir de toute une population ?!

Pour informer les citoyens de cette trahison insupportable de leurs représentants politiques, et organiser une mobilisation d’une ampleur exceptionnelle, en ralliant toutes les personnes qui refusent de laisser sacrifier les abeilles, la nature, l’alimentation et la santé de toute la population…

Nous faisons appel à vous de toute urgence pour nous aider à faire éclater ce scandale.

Et réunir des centaines de milliers, peut-être même des millions de signatures, pour que les représentants français soient mis face à leurs responsabilités. Et qu’à travers toute l’Europe, les citoyens exigent des comptes de la part de leurs représentants.

Seul notre nombre pourra faire plier les responsables politiques face aux intérêts de l’agrochimie : tous ensemble, obligeons les responsables politiques à adopter d’urgence les « tests abeilles », pour enrayer l’extinction des pollinisateurs – dans notre pays, puis ailleurs en Europe.

S’il vous plaît, signez la pétition lancée par POLLINIS pour faire pression sur la France. Et transmettez ce message massivement autour de vous.

Il faut faire vite :

L’Europe est confrontée à un déclin massif des pollinisateurs et des insectes en général : 75% des insectes volants ont disparu en Allemagne au cours des 30 dernières années. Et d’après les auteurs de l’étude, ce résultat serait généralisable à l’ensemble du territoire européen. Les insectes pollinisateurs sont particulièrement menacés. Derrière le phénomène bien connu des pertes d’abeilles domestiques, se cache un problème majeur : le déclin spectaculaire de tous les types d’insectes pollinisateurs européens – abeilles sauvages, bourdons, papillons, syrphes….

D’après les dernières données publiées par la Commission européenne (EC 2018), « de nombreuses espèces de pollinisateurs sont éteintes ou menacées d’extinction ».

Ce déclin spectaculaire aura de graves conséquences sur la sécurité alimentaire. En Europe, environ 84% des espèces cultivées, et 78% des espèces de fleurs sauvages dépendent de la pollinisation par les animaux. L’extinction des pollinisateurs déclenchera une réaction en chaîne dans l’ensemble de l’écosystème.

Déjà, de récentes études révèlent que le nombre d’oiseaux communs diminue à une vitesse effarante en Europe (Inger et al. 2014) ; en France un tiers de la population d’oiseaux a disparu des zones rurales au cours des 15 dernières années, à cause de la mort des insectes (mnhn 2018).

Une écrasante majorité des chercheurs à travers le monde soupçonnent aujourd’hui fortement les pesticides dernières générations, commercialisés depuis la fin des années 1990, d’être responsables de ce massacre catastrophique perpétré dans un silence assourdissant.

Ils sont présents partout aujourd’hui en quantités industrielles dans notre environnement, dans les champs, les forêts, les sols (83 % des sols européens contiennent des pesticides selon une nouvelle étude), les cours d’eau et les nappes phréatiques… jusque dans nos assiettes et dans l’air que nous respirons !

Tous ces produits aux modes d’action ultra-sophistiqués, et aux effets redoutables pour les abeilles, les pollinisateurs et l’environnement, ont été autorisés à la vente sur la base de tests complètement obsolètes, établis il y a plusieurs dizaines d’années pour des produits aux modes d’action très différents :  les tests censés évaluer l’impact de ces nouveaux pesticides sur les pollinisateurs et l’environnement, ne sont tout simplement pas adaptés aux modes d’actions ultra-sophistiquées des nouvelles molécules, et sont incapables de mesurer leurs effets délétères sur les abeilles et les pollinisateurs.

De l’aveu même de l’industrie agrochimique, 20 % seulement des effets connus des pesticides sur les pollinisateurs, étudiés par les scientifiques du monde entier… seraient aujourd’hui testés avant d’autoriser la vente d’un nouveau produit.

En réalité, si l’on ajoute à cela tous les effets dus aux mélanges des produits chimiques dans la nature, les effets synergistes, les effets cocktails, les effets sublétaux, perturbateurs endocriniens, épigénétiques et transmissibles de génération en génération… on peut dire que les tests requis aujourd’hui ignorent délibérément l’impact des pesticides sur les abeilles et l’environnement.

Et chaque année on découvre de nouveaux problèmes, de nouvelles menaces pour les pollinisateurs.

Comment pourrait-il en être autrement ?

Pour protéger les cultures face à des insectes, des moisissures ou des champignons de plus en plus résistants aux produits censés les éradiquer (comme les bactéries qui deviennent résistantes aux antibiotiques), les pesticides sont devenus de véritables bombes chimiques à retardement dont les scientifiques ne maîtrisent pas les effets terriblement subtils et la toxicité effarante :

Les néonicotinoïdes, les fameux insecticides « tueurs-d’abeilles » qui viennent d’être interdits en France, sont à dose égale entre 1000 et 7000 fois plus toxiques pour les abeilles que les précédentes générations de pesticides !

Il existe pourtant en France, en Europe et à travers le monde des façons de se passer de pesticides pour produire la nourriture dont le monde a besoin. Les alternatives existent : elles sont complexes à mettre en oeuvre, et doivent être accompagnées, mais elles permettent déjà aujourd’hui de produire en quantités suffisantes. Et les agriculteurs qui les utilisent gagnent systématiquement plus d’argent en économisant sur les pesticides et les intrants chimiques.

Mais, parce qu’ils refusent qu’on abandonne le « tout pesticides » qui leur assure des centaines de millions, voire de milliards d’euros annuels de chiffre d’affaires, les multinationales de l’agrochimie vont chercher des solutions qu’elles n’auraient jamais osé imaginer par le passé…

Avec les conséquences sur les abeilles, les pollinisateurs et l’ensemble de la biodiversité qu’on connaît bien aujourd’hui.

Pour essayer de palier à ces nouveaux risques majeurs posés par des produits déversées en grandes quantités dans notre environnement, sans avoir été testés véritablement, l’EFSA, l’autorité sanitaire européenne, a réuni les meilleurs spécialistes européens pour établir de nouveaux tests capables de déterminer si ou oui non un nouveau pesticide, une nouvelle molécule chimique, est susceptible de décimer les pollinisateurs… AVANT d’être vendue partout en Europe.

Le document qui est sorti en 2013, connu sous le nom de « Bee Guidance Document », a provoqué un tremblement de terre parmi les multinationales de l’agrochimie (Bayer, BASF, Dow Chemical, Syngenta…)

Les « tests abeilles » mettraient un terme à leur impunité : la vaste majorité de leurs produits ne pourraient plus être autorisée. Des centaines de millions d’euros par an, perdus…

Les firmes industrielles ont donc déclenché une tempête de lobbying auprès des représentants des pays européens, qui ont le pouvoir de faire autoriser les « tests abeilles » en Europe.

En mai 2013, le comité bruxellois réunissant les représentants des Ministères de l’Agriculture européens ? le SCoPAFF – prenait la décision de ne pas autoriser les « tests abeilles » jusqu’à nouvel ordre, cédant sans justification et sans aucune contrepartie aux exigences de l’agrochimie.

Depuis, les « tests abeilles » ont été mis plus de vingt fois à l’ordre du jour, et chaque fois, ils ont été enterrés.

Mais il nous reste un espoir.

La Belgique, consciente de la gravité de la situation, a décidé d?appliquer les « tests abeilles » au niveau national.

Elle vient de prouver, non seulement que ces nouvelles procédures sont réalisables, contrairement à ce que veut faire croire l?agrochimie, mais aussi qu’un pays peut les imposer sans attendre la validation de l’Europe !

Les citoyens de tous les pays européens doivent exiger de leurs gouvernements qu’ils mettent en place les recommandations des scientifiques pour évaluer les risques réels pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages !

S’il vous plaît, signez la pétition lancée par POLLINIS pour faire pression sur la France. Et transmettez ce message massivement autour de vous pour faire éclater le scandale et rallier le maximum de citoyens.

Aidez-nous à contrer le pouvoir des lobbies au niveau européen, en obligeant la France à adopter les tests abeilles avant de pouvoir autoriser la vente d’un nouveau pesticide sur son territoire. En obtenant une victoire retentissante en France, bastion de l’agriculture conventionnelle et du « tout chimique », pour sauver les pollinisateurs.

Chaque pays peut décider unilatéralement d’appliquer les nouveaux « tests abeilles » avant d’autoriser la vente d’un nouveau pesticide sur son territoire. – sans attendre l’aval des autorités européennes.

1/ Cliquez ici pour signer la pétition

2/ Transférez cet email à tous vos contacts, en particulier ceux qui se soucient des abeilles, de l?environnement, ou de leur santé, pour les informer et les rallier à notre combat.

Merci par avance pour votre action.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

Pour accéder à la pétition, cliquez ici

Retour sur le Week-end cohésion

Bonsoir à toutes et à tous,

Retour et photos du Weekend cohésion chez Reine au gîte PORIN-NEA le 18 – 19 – 20 Janvier !
30 personnes venues pour l’occasion, et comme prévu, nous disposions du gîte de vendredi à dimanche.
Le samedi matin on à présenté une coutume, visité le champ de Reine, l’après-midi on est monté sur la mine burigala pour voir les plantations déjà entreprises et pailler un petit peu !
Le soir on à joué à différents jeux de société, c’était très convivial !
Puis le lendemain matin on a pu profiter de la fraîcheur du creek pour se baigner tous ensemble !
L’ambiance était au RDV, que de beaux souvenirs 😊

Alexandre pour Malé’Va

D’autres Weekends similaires seront organisés sous peu, restez à l’écoute

51290669_355390661715388_7110885569088978944_n51299015_292936541403903_2323085713769234432_n51311703_823720524639607_8686484318647746560_n51351552_311366859516028_5983603649144684544_n51372232_953919014997048_4533160525764231168_n51458390_612403999180921_4592587235164946432_n51567725_2188684484716194_4562063774470635520_n51706773_1684416551659672_671878153773252608_n51193505_2200277240034372_4730249320777908224_n50807577_2200277146701048_8003326395344224256_n50792649_2200277176701045_7201063436875202560_n50721777_2200278163367613_3352647292254420992_n50656812_2200277006701062_4061912539338899456_n

6 MOOC pleins d’avenir !

Bonjour à toutes et à tous !
Aujourd’hui, pour vous, quelques ressources très intéressantes !

D’abord, pour rappel, nous organisons tous les jeudis de 11h à 13h une permanence « maison de la semence et info/rencontre à la maison jaune, notre local associatif. Pour plus d’infos cliquez ici (https://maleva.org/2018/12/29/permanence-maison-de-la-semence/)

Le but de cette newsletter est de vous faire découvrir 6 MOOC (Massive Open Online Course, soit « Cours en ligne ouvert au grand public ») qui vont bientôt avoir lieu et qui touchent de près ou de loin aux prérogatives de notre association. C’est totalement gratuit et ne nécessite qu’une inscription.

Le premier, un des plus importants pour nous : Semences végétales, quels enjeux pour notre avenir ?

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:agrocampusouest+40004+session01/about

Le second, non des moindres : Agroécologie

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:Agreenium+66001+Session04/about

Le troisième, toujours intéressant : MOOC BIO : comprendre et questionner l’agriculture biologique

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:vetagrosup+132001+session02/about

le quatrième, plus technique et professionnel qui concerne la gouvernance : MOOC de la Coopération Agricole

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:AgroParisTech+32002+session04/about

Le cinquième touche de très près notre île et son activité minière : Introduction aux ressources minérales : un enjeu pour la planète

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:MinesTelecom+04022+session03/about

Et enfin le dernier est davantage sanitaire, mais concerne un sujet d’ampleur qui nous touche tous sans exception : Changements climatiques et santé : prévenir, soigner et s’adapter

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:inspq+117001+session01/about

Voilà, j’espère que ces liens vous seront utiles. Évidemment, ne vous inscrivez aux 6 cours que si vous avez beaucoup de temps à y consacrer. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires via le site internet (ci-dessous via le site), et auxquels cours vous vous êtes inscrits pour mettre en lien les intéressés.

A bientôt !

Kévin Pour Malé’Va

bilan projection « plantes sauvages »

Bonjour à toutes et à tous,

Petit bilan de cette 1ère projection/débat sur les plantes sauvages comestibles, organisée par Vincent, qui s’est très bien passée.
Plus d’une trentaine de personne présentes, maison jaune bien remplie avec quelques adhérents de la Coop-a-nous.
Bernard Suprin était ravi, ainsi que le public, pas de retour négatif.
On envisage à l’avenir d’organiser ce genre de sujet avec des visites sur site. Pourquoi pas avec une cuisine de la cueillette du moment.
Nous avons eu le dossier de Bernard en copie, et sa recette du roteux.

Nous envisageons une nouvelle projection/débat à plus grande échelle, ouverte au public, par conséquent nous sommes à la recherche d’un site, d’une salle, d’un endroit propice à accueillir une centaine de personnes au moins. Toutes les propositions, tous les contacts sont les bienvenus, écrivez nous à secretaire@maleva.nc

Et à l’avenir, d’autres projections, conférences, débats, seront organisés, sur des thèmes variés, mais toujours rattachés aux valeurs que nous souhaitons véhiculer. Par exemple :

  • manger local, les locavores
  • se soigner avec les plantes d’ici
  • jardin de ville, petite surface
  • les écovillages, quelques modèles, comparaisons avec d’autres îles
  • l’autonomie en tribu, dans le pacifique
  • de la terre à l’assiette, alimentation santé
  • le bio
  • l’économie alternative
  • les végétariens, les véganes, incidence sur l’environnement
    Et bien d’autres !
    ….

De même, tous les contacts sont les bienvenus !

Merci à Vincent pour avoir mené le projet à bien, et à l’équipe de Malé’Va en général pour le succès de cette action.

Quelques photos de la projection, ci-dessous

A bientôt !

50790013_358777454941690_4057334245935284224_n50632937_1994238150878610_2606257193971875840_n50530623_367477524030462_5448957963995709440_n50445938_2170738729844150_8238418645835841536_n50327561_387798671984578_333589568714440704_n

Projection/débat « plantes sauvages comestibles »

dscn1181
Bonjour à toutes et à tous,
Mercredi 16 janvier à 18h30, Malé’Va organise une projection/débat « plantes sauvages comestibles » ou « légumes de sauvages » animé par Bernard SUPRIN
1er rdv de l’année, avec un intervenant et un sujet de haute qualité
prix: 1000F, 30 places disponibles réservées en priorité aux membres adhérents de Malé’Va à jour de leurs cotisations.
Reservation ICI jusqu’à dimanche soir, ensuite les places restantes seront proposées à la coop’a nous.
Nous aurons de quoi nous rafraîchir, kombucha avec Anthéa, bière de Brouss’mousse, et limonade confectionnée spécialement par notre Bernard aux mille talents
Chacun peut ramener de quoi manger pour partager un buffet commun.
Plus de précisions:

Ce que nous appelons habituellement les « mauvaises herbes » recèlent de nombreuses vertus, ignorées par la plupart d’entre nous. Certaines sont parfaitement comestibles et même très goûteuses. Elles présentent l’avantage non seulement d’être gratuites, mais aussi de pousser toutes seules, sans qu’on les y aide. Elles se montrent aussi plus résistantes aux ravageurs que les légumes conventionnels. Alors, pourquoi continuer à les snober ?

 

En 1927, Désiré Bois, dans son vaste ouvrage « Les plantes alimentaires à travers les âges » écrivait :

 

L’état d’esprit de certaines personnes qui habitent les pays chauds et refusent de manger les plantes indigènes parce que ce sont « des légumes de sauvages » ou parce qu’elles les ignorent, est fréquent et répandu.

 

Je ne puis résister au désir de reproduire ici quelques lignes émanant d’un homme qualifié, qui montrent combien cette insuffisance de connaissances et cet état d’esprit sont déplorables. Il disait :

 

« Vous ne pouvez vous imaginer combien de gens, même parmi ceux dont c’est le métier, auraient besoin d’être renseignés sur l’utilisation possible de certaines plantes alimentaires. J’ai eu l’occasion de voir, il y a quelques années, un Inspecteur de l’Agriculture dont la femme était plus ou moins souffrante et à laquelle le médecin avait recommandé des légumes ». « Des légumes ! s’écriait son mari, c’est facile à dire ! En cette saison (chaude) il n’y en a nulle part ».

 

« Je souris car, parmi les herbes du village (en Afrique), on voyait en quantité des amarantes, des pourpiers, etc… et les haies disparaissaient sous des chouchoutes, des courges-éponges et, des momordiques.

Je lui parlai alors des légumes tropicaux poussant bien en saison des pluies et qu’il serait utile d’introduire dans sa région, légumes certes, très différents des petits pois, de la laitue frisée et des choux pommés, mais qui avaient autant de valeur, si ce n’est plus.

Je ne l’ai pas convaincu… Un botaniste, n’est-ce pas, ça raconte toujours des histoires à dormir debout ».

 

Fin de l’extrait. Près d’un siècle plus tard, le comportement est identique ici chez l’Européen citadin, davantage par ignorance que par rejet teinté de mépris. Dans cette rubrique consacrée aux plantes alimentaires marginales, nous allons donc passer en revue quelques-unes de ces incontournables pour tenter de les réhabiliter. Nous allons commencer par l’amarante (le terme créole « brède » indique les plantes dont les feuilles se consomment cuites comme les épinards).

https://www.helloasso.com/associations/male-va/evenements/projection-debat-plantes-sauvages-comestibles

Week-end chez Reine à Poya

Bonjour à toutes et à tous !!! Belle et heureuse Permannée 2019 !!!

Événement festif, ressourçant et permactif en vue pour ce début de nouvelle année !

Reine, qui a déjà accueilli les membres et sympathisants de Malé’Va trois fois, organise la quatrième édition du Week-end cohésion les 18 19 et 20 Janvier 2019.

Au programme : 

  • Vendredi soir vous arrivez, vous posez la tente ou vous occupez un lit du dortoir (20 places maximum).
  • Samedi Matin Visite du potager de Reine.
  • Samedi après-midi Randonnée sur la mine de Burigala (magnifique point de vue et visite de la replantation entreprise depuis deux ans par Reine, ses proches, quelques membres de Malé’Va, et l’association Calédoclean !
  • Samedi soir soirée jeux de société (ramenez vos jeux !!!!)
  • Dimanche matin décrassage annuel de nos corps malmenés par les fêtes de fin d’année, dans le merveilleux creek du gite (Baignade générale quoi) Mais le creek est accessible tout le week-end pour tous bien-sur !
  • Dimanche midi Départ.

Le weekend est payant : 4000 cfp par personne. Pourquoi c’est pas cher ? Parce que ce tarif inclut les repas de SAMEDI MIDI, SAMEDI SOIR, et DIMANCHE MATIN, préparés par Reine, + la place camping ou dortoir pour tout le weekend !!!!

Amenez quoi ? : La cotisation de 4 000 frs pour le week end, son Maillot, ses chaussures fermées, ses jeux de société, de quoi manger le vendredi soir, samedi matin et peut être dimanche midi si vous partez après.

Si vous êtes intéressés et motivés pour participer à cette aventure, que vous soyez adhérent, ami, ou sympathisant de l’association, ou simplement amoureux de la nature, vous serez les bienvenus ! Pour vous inscrire, un simple mail à secretaire@maleva.nc fait l’affaire, en précisant si vous souhaitez un lit dortoir ou pas. Cliquez ici pour accéder au plan, et si vous proposez ou demandez un covoiturage, écrivez le en commentaire dans cet article.

Pour davantage d’informations, contactez Alex au 935763

A très bientôt !

Permanence « maison de la semence » !

affiche.png

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui, nous avons des nouvelles, de très bonnes nouvelles, à partager avec vous !

 

Notre nouveau local associatif à la maison jaune a été bien investi et est désormais opérationnel !

 

Il accueillera, tous les jeudis, de 11h à 13h, une permanence d’échange de semences (même principe que d’habitude, venez avec des semences paysannes à échanger).

 

Vous l’aurez compris, notre première permanence se tiendra le Jeudi 3 Janvier 2019 de 11h à 13h !!!

 

Sur cette permanence, vous pouvez venir nous rencontrer et vous informer sur notre association. Vous pourrez aussi :

  • Adhérer ou ré-adhérer

  • Faire un don (argent, ou nature, si vous souhaitez donner des semences, des plantes, des outils, ou toute autre chose utile).

  • Rencontrer l’équipe présente pour rejoindre nos effectifs de membres actifs

  • Proposer vos idées, partenariats, projets, actions, etc…

 

Par ailleurs, comme cette permanence sera animée par les membres actifs de Malé’Va, nous recherchons des personnes pour nous aider à assurer ces permanences à nos côtés pour répondre aux demandes d’infos, animer l’échange de semences, enregistrer des adhésions… Pas d’inquiétude, vous serez formés, et vous apprendrez énormément de choses, sans aucun doute !

N’hésitez pas à nous rendre visite sur ces permanences pour nous proposer votre aide.

 

A très bientôt

 

Kévin Pour Malé’Va

 

plan maison jaune