Archives d’Auteur: campocamille

Agriculture et jardiniers en herbe à l’école primaire Suzanne Russier de Nouméa

DSC_2063.JPG

Ce jeudi 7 juin, nous étions présentes à l’école Suzanne Russier pour parler de la permaculture aux enfants de CM2 de la classe de Madame Laurence Larher. Dans le cadre du chapitre de CM2 “L’agriculture en France et en Europe”, nous avons abordé les thèmes de l’agriculture conventionnelle, en montrant quelles sont ses limites, puis nous avons présenté l’agriculture biologique, avant de terminer sur la permaculture, qui est plus qu’un simple type d’agriculture. C’était donc dans une ambiance studieuse et attentive que les enfants de Suzanne Russier nous ont écouté, et nous ont aidé à réfléchir à comment cultiver la terre en respectant notre belle planète.

Les différents types d’agriculture

Notre intervention s’inscrivait dans le cadre d’un chapitre du programme de CM2 sur l’agriculture. Par conséquent, nous avons commencé par définir ce qu’est l’agriculture. Ainsi, les élèves ont pu comprendre que l’agriculture, qui regroupe la culture de plantes et l’élevage d’animaux, peut s’effectuer de différentes façons.

Tout d’abord, nous avons exposé ce qu’est l’agriculture conventionnelle, qui utilise la monoculture, et des engrais et pesticides chimiques pour faire pousser plus, et plus vite. Cependant, avec les enfants, nous avons observé quels pouvaient être les effets de ce type d’agriculture sur notre environnement. Nous avons donc étudié la pollution des sols et des nappes phréatiques, la contamination des agriculteurs et des consommateurs par les produits chimiques utilisés, ainsi que les dégâts causés par l’extermination de tous les insectes par les pesticides sur le bon développement des plantes, de la biodiversité et sur la préservation du sol.

dsc_2066.jpg

C’est là que certains élèves nous ont partagé leur expérience en remarquant qu’il existait pourtant des solutions alternatives à l’agriculture conventionnelle. C’est par exemple le cas de ces élèves :  “Ma mémé elle laisse les insectes sur les plantes car elle m’a dit que ça les aidait à pousser”, “Chez moi, mon père plante plein d’espèces différentes au même endroit, du coup c’est pas comme la monoculture (terme vu ensemble) de l’agriculture conventionnelle”. En effet, l’agriculture conventionnelle a oublié les notions très importantes de biodiversité et d’écosystème !

 

Après avoir défini ces deux notions, nous avons vu ensemble ce qu’est l’agriculture biologique et en quoi ce type d’agriculture est plus respectueux de l’environnement. Une fois que nous avons constaté les différences entre agriculture conventionnelle et agriculture biologique, nous avons vu qu’il existait encore une autre façon de penser l’agriculture, de penser notre rapport aux plantes, à notre environnement et d’autres manière de le préserver. C’est là que nous avons présenté la permaculture. Plus qu’un type d’agriculture, la permaculture est aussi un mode de vie, qui s’appuie sur l’association de plantes et d’espèces. En s’aidant de ce que l’on peut observer directement dans la nature, nous avons appris qu’il était important de conserver la biodiversité et de prendre en compte l’écosystème lorsque l’on veut cultiver des plantes saines et bonnes pour notre santé.

La permaculture et l’atelier “mini butte lasagne”

Après avoir parlé de l’agriculture conventionnelle et biologique, puis de la permaculture, il est venu le temps de rentrer dans le coeur du sujet, et surtout dans le coeur de l’action. C’est donc en extérieur que s’est déroulé la suite de l’intervention avec un atelier “mini butte lasagne” et une explication des principes de la permaculture (voir photo ci-dessous). Chacun avait amené sa bouteille en plastique, des petits trous ont été fait pour laisser l’eau s’écouler. C’est donc différentes couches en lasagne, successivement du branchage, de la matière carbonée, de la matière azotée et du terreau qui ont servi de sol fertile pour les petites graines de basilic (reproductibles et calédoniennes bien entendu). On a ensuite paillé le tout pour protéger la semence du vent, du soleil et conserver l’humidité de la mini-butte. Pourtant, certains ont remarqué que nous avions peut-être oublié quelque chose dans cette lasagne… “il manque la sauce tomate sur la lasagne !”
DSC_2058DSC_2062

C’est donc avec beaucoup de bienveillance que s’est déroulée cette après-midi à l’école Suzanne Russier grâce à l’aide de la maîtresse Madame Laurence Larher et grâce à la participation enthousiaste des élèves !  Chacun a apporté sa petite graine de connaissance pour une après-midi des plus fertile.

DSC_2072

 

Male’Va au Rendez-vous au jardin de Kaméré

Ce samedi 2 juin, nous étions présentes avec l’association Male’Va à la journée du
jardin organisée par la médiathèque de Kaméré. Accompagnées par Mireille, Gaby
et Kevin, nous venions échanger des semences et partager sur la permaculture
avec les visiteurs. Cette intervention s’est déroulée dans le cadre des Rendez Vous
au Jardin, weekend où, un peu partout sur le territoire, diverses manifestations
ont lieu sur le thème du jardin, encadré par la Direction de la culture, du
Patrimoine et du rayonnement de la mairie de Nouméa.

DSC_2009.JPG

Des ateliers autour du thème du jardin étaient organisés et nous étions mobilisés
pour le troc de plantes et de graines paysannes non commerciales, mais aussi pour
partager avec les visiteurs autour du jardinage. Cette intervention fut l’occasion
de fournir des conseils et d’apprendre de l’expérience de chacun. En effet,
l’utilisation des semences et des plantes sont multiples et c’est en échangeant sur
leur bienfaits et la manière de les employer que notre mobilisation devient
pertinente dans le but d’atteindre une plus grande souveraineté alimentaire et
semencière.

DSC_2002.JPG

Male’Va s’est donc occupé d’organiser le troc aux plantes (nous avons eu de très
beaux papayers ! ), ainsi que de semences. En ce qui concerne les semences, nous
avons mis à disposition un flyer informatif permettant d’expliquer le fait que nos
semences sont reproductibles et d’origine paysanne, à la différence des semences
HF1 ,très répandues dans le commerce, et conçues en laboratoire (elles sont
hybrides donc non reproductibles). Il s’agissait d’insister aussi sur le fait que nos
semences proviennent des champs et jardins calédoniens.

C’est donc sous un très beau soleil et en dégustant les délicieuses boissons
d’Anthéa (de Fert’île mais aussi membre de Male’Va) que nous avons
pu partager cette matinée avec les visiteurs mais aussi les autres intervenants
(ateliers créatifs, exposition de photos sur les jardins familiaux du centre
communal d’actions sociales (CCAS), dégustation de boissons locales).
Pour ceux qui n’ont pas pu venir nous rencontrer, nous aurons l’occasion de nous
retrouver dès la semaine prochaine pour une ambiance des plus sportives au
Pandathlon de WWF à Dumbéa !
Fertilement vôtre,

DSC_2010DSC_2013

 

Coline et Camille

Male’Va à la journée portes ouvertes de la pépinière de Nouméa

Pour Male’Va, Coline et Camille, stagiaires de l’association
Ce samedi 26 mai, nous avons accompagné plusieurs membres de l’association Male’Va  aux portes ouvertes de la pépinière municipale de Nouméa, autour de l’échange de graines, dans le but de partager avec les visiteurs sur des thèmes chers à l’association tels que la permaculture, la plantation de semences, l’échange de savoirs sur les plantes et leurs vertus, la préservation de l’écosystème calédonien, …

C’est ainsi que ces portes ouvertes, malgré un temps couvert, se sont déroulées dans la bonne humeur et la bienveillance grâce à nos deux membres actifs Gaby et Mireille et aux nombreux curieux et personnes plus expérimentées venus visiter le stand.

DSC_1990.JPG

Échanger des graines, mais aussi des connaissances

Les différentes semences exposées lors de ces portes ouvertes sont souvent le fruit d’échanges ou de dons: chacun apporte ses semences personnelles pour sauvegarder la biodiversité et assurer leur pérennité sur le territoire. C’est l’objet principal des Maisons de la Semence qui se tiennent les premiers samedis matins tous les 2 mois, la prochaine ayant donc lieu en juillet. Il sera cependant possible de venir échanger ses graines et ses plantes également le 2 juin 2018 lors du « Rendez vous aux jardins » à la médiathèque de Kaméré en fin de matinée.

DSC_1992.JPG

Que vous soyez un habitué du jardin ou un débutant avec la soif d’apprendre, il y en avait pour tous les goûts ! Chacun n’ayant pas forcément encore les graines pour échanger, les jardiniers en herbe ont pu repartir avec quelques graines pour débuter leur jardin.

DSC_2001.JPG

DSC_1994.JPG

Observer le travail accompli

En plus de l’échange de graines et de conseils sur le jardin, le travail réalisé lors des ateliers « Jardiner au naturel » a servi de bel exemple pour illustrer la fertilité d’un écosystème pensé dans une logique de complémentarité des plantes et des êtres vivants présents. En effet, le site où ce travail a été effectué étant privé, chaque butte créée lors d’un atelier évolue et grandit de manière autonome. Par conséquent, ce sont des plantes luxuriantes que l’on pouvait observer lors de ces portes ouvertes attestant de ce fait de la qualité de l’association des variétés et des espèces, qui, finalement, s’auto-gèrent.

DSC_1993.JPG

C’était donc une belle matinée, riche de nombreux échanges, qui annoncent déjà de belles perspectives pour la biodiversité calédonienne lorsque l’on voit le nombre de graines et de plants offerts à de nombreux amis de l’environnement, soucieux de la préservation de la biodiversité. Pouvoir partager avec tous sur des thèmes qui sont chers à notre association n’a fait que renforcer notre volonté de continuer à échanger et à se nourrir du savoir de chacun pour œuvrer à protéger notre bel écosystème.